Conseils de lecture

21,90
par (Libraire)
24 janvier 2021

C'est une lettre que Robert Bober adresse à un absent, son ami Pierre Dumayet mort en 2011, un absent dont on sent la présence à chaque page. Une lettre pour celui avec lequel il a tant travaillé, filmé, parlé, lu. Pierre Dumayet qui amena la littérature à la télévision, avec l'émission Lectures pour tous. De cette lettre irradie la puissante chaleur de l'amitié et de la reconnaissance.
C'est un livre en désordre, comme une bibliothèque au classement indéchiffrable, un livre généreux qui donne envie de lire des dizaines de livres, de voir des centaines de films. Ce sont des histoires qu'un grand père miraculeux, à l'instar du personnage de Martin Buber, vous raconte un soir d'hiver, le regard entre les rires et les larmes. Des histoires d'un monde perdu, traversées par des destins brisés de familles et d'enfants qui ne sont jamais revenus des camps, par des récits de rabbins, par la malice de Pérec, les fulgurances de Jankelevitch, les silences de Duras, la pertinence d'un éditeur, Paul Otchakovsky-Laurens. C'est un monde de souvenirs, de photos, d'images qui s'anime devant nous, humain, bouleversant, profond. C'est un combat contre le néant. Une tentative de réunir, de rassembler, peut-être une dernière fois.

Moi aussi j'aurais aimé que Pierre Dumayet m'apprenne à lire et à écouter les silences, lui qui s'interroge dans Autobiographie d'un lecteur – Pauvert 2000 - "Les sentiments que nous éprouvons pour des personnages fictifs sont-ils réels ?" Et qui nous guide vers ce que nous aimerions dire des livres "Ce que je voudrais décrire, c'est la peau du texte. Comment l'écriture m'a touché. Pas comme une bonne action touche, non. Comme une main touche une nuque ou une autre main." C'est comme cela que ce livre m'a touché.

Wilfrid


Roman

Albin Michel

22,90
par (Libraire)
5 novembre 2020

Un uppercut

Nous avons tous en tête les figures stéréotypées des héros de sitcoms pour adolescents : sportif adulé, pom pom girl, ou looser magnifique. Stephen Markley nous invite à retrouver ces personnages, aujourd'hui trentenaires, loin des clichés, au cœur de la petite ville de New Canaan, Ohio.

Dans une construction narrative aussi dense que brillante, nous suivons six destins, six personnages, six visions d’une Amérique, parfois en déclin. Six parties qui pourraient se suffirent à elles-mêmes, tant l’auteur fait preuve de précision et d’intelligence, que ce soit dans son écriture, dans la psychologie de ses personnages, ou dans sa lucidité sur le monde.
L'intrigue n'est pas en reste, et l'ouvrage tire sur le roman noir au fil des pages et des révélations.

Stephen Markley réussit avec brio un portrait honnête des Etats-Unis et de sa jeunesse "post 11 septembre", par le prisme d’une petite ville (d’ailleurs imaginaire) de l’Ohio. De l'anti-militarisme au patriotisme chevronné, en passant par l'homosexualité, la violence, la drogue, ou encore l’écologie, voilà un auteur qui a des choses à dire et à écrire, et qui étanchera la soif des férus de Littérature Américaine.

Plus qu'une claque, ce livre est un uppercut, inattendu, dont on se relève avec joie.


Les rues de Laredo

3

Éditions Gallmeister

par (Libraire)
5 novembre 2020

Lonesome Dove, suite et fin

Si vous avez lu et adoré Lonesome Dove, véritable référence de la littérature Western, la sortie des Rues de Laredo est un petit événement, tant la traduction française était attendue. Il est même normal d'échapper un petit cri de joie, ne boudons pas ces bonheurs simples.

Si les deux prequels La marche du mort et Lune Comanche étaient satisfaisants, ils n'égalaient pas, à mon sens, le génie des deux tomes de Lonesome Dove.

(Attention, je suis obligée de divulgacher des évènements importants, si vous n'avez pas lu Lonesome Dove , arrêtez tout et commandez-les, 1200 pages de bonheur vous attendent.)

Si Lonesome Dove brille par son humour, instillé par le personnage d'Augustus McCrae, Les rues de Laredo sont teintées d'une mélancolie inhérente au capitaine Woodrow Call.

Quinze années se sont écoulées, Gus n'est plus, l'équipe de la Hat Creek n'est plus, et Call, devenu chasseur de prime, évolue dans un monde qu'il ne reconnait plus.
S'il parvient à constituer une équipe pour l'assister dans la traque d'un bandit terrifiant du nom de Joey Garza, le capitaine semble désabusé, vieillissant et un tantinet à côté de ses bottes.

Plus qu'une aventure, c'est un portrait de l'humanité toute entière, du fin fond du Texas jusqu'au Mexique, chaque personnage livre une bataille avant tout avec lui même.

Une mention spéciale pour les personnages féminins, qui malgré leurs conditions de vie épouvantables, restent les garantes d'une humanité souvent disparue.

Un épisode final qui tient donc ses promesses, Larry McMurtry confirme son talent de conteur, et donne aux Rues de Laredo une puissance exceptionnelle.


Le souffle des femmes

Sarbacane

21,50
par (Libraire)
20 octobre 2020

Un superbe album pour une immersion dans la communauté des ama, pêcheuses japonaises d'ormeaux.
Un récit sur ces femmes et les femmes, leur travail, leurs obstacles.


8,05
par (Libraire)
9 octobre 2020

Un manga fin, intelligent et engagé,

💛Le conseil de la semaine, En proie au silence, est une série de mangas d’Akane Torikai, traduit par Gaëlle Ruel, publiée aux éditions Akata et elle vous est conseillée par Gwenn et Eline :

🔹Nous rencontrons Misuzu, une jeune professeure, plutôt discrète. Nous comprenons dès les premières pages qu’elle cache un lourd secret : elle a été victime d'un viol.
Nous rencontrons également Nizuma, l’un de ses jeunes élèves, au secret tout aussi lourd.

🔹Un josei (le josei étant le pendant féminin du seinen, un genre de manga destiné à un public adulte averti) radicalement féministe dans lequel l’autrice aborde plusieurs sujets hypersensibles, de manière frontale dans certaines scènes, néanmoins tout en nuances dans la psychologie des personnages.
Des questions dures telles que le viol, l’emprise d’un tortionnaire, la question de genre et les “standards” de la virilité sont au centre du propos et analysés finement et intelligemment.
C’est aussi toute une société et ses non dits qui se dévoilent tout comme une jeunesse qui se met littéralement à nue.

🔹A conseiller à celles et ceux qui refusent cette chape de plomb faite de silence et de honte pesant sur les victimes de violences sexuelles, qu’elles soient physiques et/ou psychologiques, adeptes du mangas ou pas. (En revanche âme sensibles…)

📚Une série de 8 tomes parus au Japon dont la publication en France a débuté en janvier 2020.
➡️Vous trouverez les 4 premiers tomes à Gens de la Lune ! A suivre...