Dylan Cover
EAN13
9782915126334
ISBN
978-2-915126-33-4
Éditeur
Éditions du Layeur
Date de publication
Collection
LAYEUR BEAU LIV
Nombre de pages
224
Dimensions
24 x 24 x 1 cm
Poids
942 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez 7 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
La collection Cover présente la production exhaustive d'un artiste fondateur de la musique populaire et du rock. Un ouvrage illustré qui fait la part belle aux couvertures des disques et qui présente pour chaque album l'histoire de sa création, une anecdote marquante et quelques phrases percutantes...
Alors qu'il vient de recevoir le Prix Nobel de littérature – au grand dam de certains, ce qui prouve qu'il choque toujours autant qu'à ses débuts, il y a 55 ans ! – Bob Dylan poursuit la construction d'une œuvre fleuve et passionnante, sur scène et sur disques. Une œuvre dans laquelle on se perd avec délices, tellement riche qu'on ne sait parfois pas comment l'aborder, un véritable univers. Ce livre permet de faire le point sur sa discographie, forte de près de 80 albums : les disques officiels en studio, en concert, les coffrets inédits qui explorent son passé et qui sortent à un rythme effréné, les albums pirates emblématiques (le genre est quasiment né à la fin des sixties avec Great White Wonder, un disque consacré aux séances inédites de Dylan). Car le grand paradoxe de cet artiste immensément productif, c'est que Dylan n'aime pas enregistrer des disques ! Il n'aime pas les studios, ni les producteurs. Il n'aime pas répéter. Ni se répéter. Il chante ses chansons, le groupe, s'il y en a un, essaie de suivre, et il s'en va. Après, la chanson continue à vivre en concert, elle est sans cesse modifiée. Et nous, nous restons scotchés aux versions des disques et nous somme souvent déçus par les concerts. Dylan s'en fout. Il n'écoute pas ses disques. Nous si. Certains d'entre eux ont été sous-estimés, injustement oubliés ou méprisés, d'autres surestimés, il faut le dire aussi, avec une subjectivité, voire une mauvaise foi, revendiquée ! Ici pas de pompage d'éternels poncifs répétés depuis la nuit des temps ou recopiés sur internet. Stan Cuesta écoute Dylan et écrit sur lui, depuis... des lustres. Il l'aime et le déteste suivant les périodes, comme tout le monde. Et il le dit. Argumente. Ici pas de tiédeur " wikipédiesque ". Du cœur et de la passion. De l'amour.
S'identifier pour envoyer des commentaires.