Manon B.

Manel et les mélodies secrètes

Rageot Editeur

12,50
par (Libraire)
26 septembre 2021

Une histoire de magie, de musique, d’amitié et de pluie de cacahuètes !

Manel n’avait pas prévu de faire sa rentrée scolaire en pyjama mais voilà que tout le monde sans exception se présente muni de robe de chambre, bonnet de nuit et bas raillé.
Quelques jours plus tard, une pluie de cacahuètes s’abat sur l’école.
Manel et deux de ses camarades de classe sont unanimes, cela ne peut vouloir dire qu’une seule chose : il y a un nouveau tisseur de rêves dans l’école qui, comme eux, est capable de magie.
Manel, munie de son violon et de ses nouveaux amis, part à sa recherche tout en continuant à s’entraîner pour sa toute première audition. Et on peut dire qu’elle a le trac !

Une histoire richement illustrée où la magie se nourrit des rêves pour les rendre réels.

Didier Jeunesse

14,90
par (Libraire)
26 septembre 2021

« Je me suis endormi sur les poèmes de Verlaine...

..."Voilà, j’avais la poésie dans la peau. »

Comment résumer ce livre en deux mots : foot et poésie.
Aucun des deux ne colle à l’autre et pourtant ils paraissent ici complémentaires mais dans quel monde parallèle ces deux là se sont-ils liés ? Grâce à une seule personne ayant pour nom Achille Pâté.
Achille ne brille ni pour ses bons résultats au collège ni dans son poste de gardien dans l’équipe de foot locale, équipe qui est d’ailleurs légendaire pour marquer à chaque fois... dans son propre camp.
Un jour, en retenue, il est contraint de s’aventurer dans un endroit calme, peu fréquenté, le CDI. La bibliothécaire le présente à Verlaine, Rimbaud, Baudelaire, Victor Hugo, que des chics types qui ont des rues (voire des boulevards pour certains) à leur nom !
Et sur les pages jaunis, la même marque d’un rouge à lèvres, posée avec précaution sur ses poèmes préférés : celui de Suzanne, la fille qui fait tourner la tête d’Achille.
Entre entraînements de foot intensifs par M. Finckel, un monsieur d’un certain âge, prêt à délaisser ses poissons rouges pour transformer l’équipe d’Achille de losers à vainqueurs et découverte de l’écriture et des premiers émois amoureux, on ne s’ennuie pas dans la vie d’Achille.

Une histoire drôle et colorée où un loser peut, contre toute attente, devenir un vainqueur et où la poésie déchaîne les foules chez les ados.

par (Libraire)
19 septembre 2021

Que je l’aime cet écureuil !

Après « C’est mon arbre » et  « Un peu beaucoup » (qu’on adore tout autant au rayon jeunesse), notre écureuil préféré est enfin de retour et une fois encore quelque chose ne va pas : notre écureuil ne veut plus être un écureuil car un écureuil, c’est bien connu, c’est nul, ça sert à rien.
Non ! C’est décidé, notre écureuil veut devenir un castor, c’est bien un castor, ou non un cerf, c’est super bien un cerf, ou non non non plutôt un...

Les couleurs douces et orangées des illustrations nous donnent envie de rejoindre ce petit écureuil dans cette aventure automnale qui s’annonce ébouriffante !

Dès 4 ans.

par (Libraire)
19 septembre 2021

« Mais je n’arrive pas à rentrer. Je suis parti trop loin. »

Éden, Alex, Gabriel, Agathe et Sarah sont dans leur dernière année de lycée. Certains sont amis depuis la primaire, d’autres depuis le collège. Ensemble, ils forment un bouclier face à leur famille peu présente, les cours et les examens stressants de fin d’année. Ils sont là les uns pour les autres, pour Sarah quand elle s’est mise à maigrir drastiquement.
Mais aucun n’était prêt à affronter cette nuit, cette nuit où un garçon a été obligé de devenir un homme malgré lui.
Cette nuit sans fin où des ados pensaient pouvoir rester dans le monde rassurant de l’enfance encore un peu. Juste un peu.
Cette nuit où Éden, alors âgé de seulement 17 ans, s’est fait violer.

Durant cette nuit, Éden fuit son agresseur et court chercher refuge auprès de ses amis. Ils passeront à leur tour la pire des nuit, une nuit blanche, à se demander comment cela a-t-il pu arriver ? Comment vont-ils pouvoir aider Éden ? Comment va-t-il pouvoir s’en sortir ?

Ce texte poignant n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il parle de viol, d’inceste, d’anorexie. Il reste tout de même important car cela pourrait malheureusement arriver à n’importe qui. L’importance de l’amitié éclaire l’atmosphère lourde du roman afin de redonner, aux personnages comme au lecteur, de l’espoir. L’espoir que rien n’est définitivement perdu quand chacun est entouré de personnes bienveillantes.

par (Libraire)
12 septembre 2021

Emberfall vit un automne sans fin depuis que Lilith, dernière des ensorceleuses, maudit le prince héritier du royaume.
Pauvreté, famine en découlent. Et une terrible bête rôde autour du château...
La malédiction ne pourra être brisée que si une personne tombe amoureuse du prince, Rhen. Un peu comme dans un célèbre conte...
Dans un autre royaume bien différent de celui ci, notre monde, Harper, vit dans la peur. Sa famille ne connaît depuis sa naissance, que maladie et endettement, forçant son frère aîné à voler.
Alors qu’elle faisait le guet, Harper aperçoit un homme s’apprêtant à kidnapper une jeune fille. Elle s’interpose mais c’est finalement elle qui se fait enlever.
Pourtant, Harper ne semble pas décidée à rompre la malédiction car, après tout, l’amour ne se commande pas.

Une réécriture prenante qui est loin d’être sans surprise. Harper est une de ces héroïnes fortes qui ne se laissent pas marcher sur les pieds et qui m’a fait rire de nombreuses fois par ses réparties.