Tu ne tueras point, La globalisation piteuse Vol.2
EAN13
9782213725956
ISBN
978-2-213-72595-6
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
Documents (1)
Nombre de pages
360
Dimensions
21,6 x 13,7 x 3 cm
Poids
450 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Tu ne tueras point

La globalisation piteuse Vol.2

De

Fayard

Documents

Indisponible

Ce livre est en stock chez 133 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander

Autre version disponible

Toulouse : un couple a été agressé place du Capitole. La jeune femme a été défigurée et son compagnon blessé.
 
Évreux : deux hommes lourdement armés ont criblé de balles une voiture, laissant deux morts et un blessé grave.
 
Cherbourg : un individu est parvenu à s’introduire chez une jeune femme seule, l’a frappée sur tout le corps, puis l’a violée de manière barbare plusieurs fois. Elle a dû être plongée dans le coma.
 
Lyon : une femme a été retrouvée morte dans le hall de son immeuble. Elle présentait des plaies sur le corps.
 
Marseille : un homme âgé de 27 ans a été tué dans un quartier du nord. Il s’agit du huitième mort par balles dans la deuxième ville de France en six mois, victime des luttes sanglantes pour le contrôle du
trafic de stupéfiants.
 
Nîmes : Fayed, un enfant de 10 ans, a perdu la vie, touché par balles lors d’une fusillade entre trafiquants de drogue dans le quartier populaire de Pissevin.
 
Crépol : Thomas, un adolescent de 16 ans, a été tué au couteau et plusieurs personnes ont été blessées lors d’un bal populaire.
 
Valenton : un adolescent a été poignardé à mort, alors qu’il voulait vendre un jogging. Au moment où il s’apprêtait à faire la transaction avec l’acheteur, le jeune homme s’est retrouvé face à un groupe de six personnes encagoulées, venues pour le voler.
 
...
 
« La violence se construit à partir de petits faits, réguliers, quotidiens, qui ne traumatisent que les victimes et n’intéressent pas les médias. Puis l’ordinaire de la violence produit soudain des faits divers qui, par leur intensité, choquent et mobilisent, réveillent ou terrorisent. Jusqu’à ce que l’extraordinaire devienne si fréquent qu’il se fasse ordinaire. »
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Alain Bauer