Gost 111
22,50

Une plongée vertigineuse dans le monde des informateurs de la police.

Père modèle mais sans emploi, Goran Stankovic accepte un job véreux, se fait arrêter et n’a d’autre choix que de collaborer en devenant « indic’ ». Coincé entre truands et police, dans un monde de manipulations, Goran va devoir jouer un double jeu périlleux pour s’en sortir.

 Coécrit par Mark Eacersall, scénariste venu de l’audiovisuel, et Henri Scala, pseudonyme derrière lequel se cache un commissaire passé par des services d’investigation prestigieux, GoSt111 est autant un polar haletant qu’une plongée vertigineuse dans le monde méconnu des informateurs de la police. Un récit noir ciselé et hyperréaliste, transcendé par le trait expressif de Marion Mousse.


Mais où est Kiki ?, Une aventure de Tif et Tondu

Une aventure de Tif et Tondu

Dupuis

16,50

Printemps 1986. Tif et Tondu, les fameux justiromanciers, fêtent la sortie de leur nouvel ouvrage à la librairie L'Arbre à Strophe quand un drôle de zigue avec un chapeau tyrolien leur lance un défi : Mais où est Kiki ?

Kiki, c'est la comtesse Amélie d'Yeu, la fidèle compagne d'aventure des deux écrivains. Et, en effet, il apparaît qu'elle a disparu ! Ainsi commence pour Tif et Tondu une course échevelée, contre la montre, la police, les malfrats, la faune interlope, les camions-bennes à ordure et surtout un gang de mystérieux kidnappeurs.

En choisissant les années 1980 comme décor de l'action, le dessinateur Blutch et le scénariste Robber offrent aux lecteurs une véritable histoire faite d'actions et de rebondissements, sans portable et sans moteur de recherches.

Auteur majeur de la bande dessinée contemporaine, Grand prix d'Angoulême, Blutch a grandi dans la lecture de Tif et Tondu. Avec, élevé aux mêmes sources, son frère Robber au scénario, Blutch retombe dans l'enfance de l'art.


Parker, Intégrale

Intégrale

Dargaud

45,00

Parker est le prototype du dur à cuir sans états d'âmes, brutal, froid et violent, qui n'éprouve que très rarement le moindre sentiment.

Ce personnage a été créé par le « pape » du polar américain, Don Westlake, alias Richard Stark. Et c'est la superstar du comics Darwyn Cooke qui adapte les aventures du « chasseur » dans un style parfait : noir, au couteau, et sensuel.

Cette magnifique intégrale regroupe les 4 volumes traduits chacun par des stars françaises : Tonino Benacquista, Matz, Doug Headline, Nicolas Richard.


Les mystères de Hobtown, 1, L'affaire des hommes disparus, les Mystères de Hobtown tome 1

les Mystères de Hobtown tome 1

1

Kris Bertin

Pow Pow

22,00

Nancy Drew rencontre David Lynch dans ce thriller mystérieux prenant place dans un village à l'écart sur la Côte-Ouest.


La Dernière rose de l'été
29,00

Policier intimiste hitchcockien d’inspiration Nouvelle Vague, « La dernière rose de l’été » revisite le récit d’ambiance avec une grâce épurée. Une esthétique léchée, des couleurs hypnotiques et un don singulier pour établir des atmosphères mystérieuses : pas de doute, c’est bien le nouvel Harari !

C’est l’été. Léo, jeune rêveur parisien caressant l’espoir de devenir écrivain, bosse dans un lavomatique en attendant de trouver l’inspiration pour son grand œuvre. Un soir, il croise par hasard un cousin qui lui propose de garder sa maison de vacances au bord de la mer. Coup de pouce du destin, le timide Léo se retrouve, quelques jours plus tard, voisin de riches plaisanciers aux voitures de collection et villas d’architecte.

Cependant, malgré l’atmosphère légère et surréaliste, quelque chose ne tourne pas rond. De jeunes hommes disparaissent aux alentours ; la tension monte… C’est dans ce cadre étrange, et tandis que l’inspecteur Beloeil mène l’enquête, que Léo rencontre sa jeune voisine, adolescente capricieuse et sauvage : la belle Rose.

"Un thriller sensuel et tendu […] séduisant grâce à des cases belles comme des tableaux" Les Inrockuptibles
"Un roman graphique hypnotique, lumineux comme un polar de l’âge d’or de la BD Franco Belge" Le Soir
"Album aux couleurs magnifiques, La dernière rose de l’été est un polar prenant à l’atmosphère irréelle". Journal de 13h, TF1
"Un polar languide et moite qui rompt avec les clichés du genre". Le HuffPost
"Si L’Aimant nous avait donné à découvrir un pur talent de dessinateur, la ligne claire, subtilement rétro de Lucas Harari fait à nouveau sensation et déborde paradoxalement de modernité. (…) Il semblerait que Lucas Harari sache tout faire avec brio". Page des libraires