Je ne suis pas encore morte

Lacy M. Johnson

Sonatine éditions

  • 27 mai 2021

    Une claque !

    Il est de ces livres qu'on ne peut pas vraiment oublier.
    Récit littéraire d'une femme kidnappée et violée par son ex compagnon, Lacy M. Johnson utilise les mots pour apaiser cette expérience traumatisante.
    Inracontable, ce texte puissant et fort vous met par terre autant par sa poésie que par sa résilience.

    Pauline


  • 29 avril 2021

    Histoire d'une survivante.

    Qu’il est délicat de chroniquer une telle lecture.
    Parce qu’il ne s’agit pas d’une fiction, mais bien de l’histoire de Lacy M. Johnson. Chaque lecteur percevra et vivra donc cette lecture en fonction de son vécu personnel, et, également, de son état d’esprit à l’instant T.

    Un récit romancé, sans romance, sans nuance, sans fioriture.
    Juste son histoire. Les faits tels qu’ils se sont déroulés.
    Un écrit à l’état brut.

    La poésie du texte est précisément dans l’absence totale d’intention d’enjoliver ou, au contraire, de noircir les faits.
    Elle se raconte, elle nous raconte, sans chercher à avoir notre aval, ni, surtout, notre pitié.
    Ça s’est passé. Elle l’a vécu. Elle le dit, sans essayer d’amoindrir le choc ou d’appuyer sur le rendu.
    Ses mots à elle, posés sur ses douleurs propres.
    Ses mots sur ses maux...

    Exercice cathartique ? Peut-être.
    Le meilleur moyen de sortir de l’enfer n’est-il pas d’en ouvrir les portes en grand ?
    L’offrir à tous, pour s’en libérer soi-même.
    Mais sans jamais se victimiser.

    Attention, victime, elle l’a été, le sera toujours un peu, par conséquent.
    Mais de pitié ou de compassion, elle n’en réclame aucune.
    D’où, peut-être, ce langage presque brutal, ces énoncés parfois cliniques. Il est difficile de mettre de la distance avec nos douleurs, les raconter c’est déjà beaucoup. Si en plus il faut les triturer dans tous les sens pour qu’elles soient moins effrayantes, elles n’en sortiraient que plus lancinantes encore.
    Montrer l’hématome, mais sans appuyer dessus.

    Raconter la blessure, c’est toujours la revivre un peu. Mais parfois ça peut aussi aider à en calmer la brûlure.
    Je ne suis pas encore morte est le récit d’une souffrance physique et psychologique intense, infligée par l’autre.
    Comme trop de victimes en subissent chaque jour.
    Alors il est nécessaire d’en parler, pour les expurger, pour les faire connaître, pour alerter sur leur existence.
    Tout mettre en mots pour toutes celles qui ne le peuvent pas.
    Ou qui ne le peuvent plus...

    Lire ce livre c’est comme écouter l’auteure. C’est se placer face à elle, prendre ses douleurs et ses cicatrices comme elles viennent.
    L’écouter elle, pour les entendre toutes.
    Parce qu’il le faut.